[publication] La règle du je : la subjectivité du poète à l’épreuve du code informatique

The study is to proceed on the basis of the conjecture that every aspect of learning or any other feature of intelligence can in principle be so precisely described that a machine can be made to simulate it (Mac Carthy et al. 1955).

Cette hypothèse, formulée par John Mac Carthy en amont de la conférence de Dartmouth, est au fondement du projet d’intelligence artificielle. Parmi les « aspects de l’intelligence » qui pourraient être « simulés », le langage est mis en avant : « An attempt will be made to find how to make machines use language » – dans les premières années du projet d’intelligence artificielle, on confond le langage avec la production de texte. Dans sa célèbre description du jeu de l’imitation, Turing propose de dérober l’ordinateur au regard du jury qui doit lui poser des questions via un « teleprinter » (Turing 1950).

L’hypothèse de Dartmouth a été appliquée au langage et à l’expression écrite, mais peut-on l’admettre pour la littérature ? S’il est possible de décrire précisément comment un texte a été écrit, cela implique-t-il pour autant que l’on puisse simuler le processus d’écriture par une machine ? Peut-on révéler la loi de production d’un texte sans laisser aucun reste ? Plus particulièrement, est-il possible de mettre au jour ce qui fait qu’un texte est nouveau ? L’opération par laquelle nous créons de la nouveauté ne devrait-elle pas être toujours renouvelée, selon une loi, ou une absence de loi, qui ne serait pas descriptible ? Comment en rendre compte alors, s’il s’agit d’un indescriptible ?

Lire la suite sur Cairn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.