[Publication] La dette divine et la rage des avortons, considérations sur la notion d’apocalypse dans la pensée de Quentin Meillassoux

Résumé:

Dans “Deuil à venir, dieu à venir”, article publié dans Critique en 2006, Quentin Meillassoux se penche sur le problème des “spectres essentiels”, ces morts dont nous n’arrivons pas à faire le deuil et qui nous laissent face à un dilemme : soit le désespoir, si Dieu n’existe pas, soit la colère, s’il existe et qu’il a laissé advenir ces morts révoltantes.

Dans la continuité des thèses développées avec Après la finitude, Meillassoux s’appuie sur le concept de contingence pour proposer une troisième possibilité : Dieu n’existe pas encore.

En proposant l’idée de la venue d’un Dieu apportant la justice aux spectres essentiels, Meillassoux réactive sur un plan philosophique la notion d’apocalypse, en tant que révélation à venir de l’absolu. Mais après ? L’apocalypse selon Meillassoux, dans la mesure où elle se fonde sur le concept de contingence, est une révélation et une sotériologie, mais sans eschatologie puisque le temps poursuit son cours.

C’est ce temps de l’après qu’il s’agit de considérer, en examinant les notions mobilisées par l’idée d’apocalypse : Dieu et la contingence, le spectacle de l’exercice de la colère, et le réglement des comptes à la fin des temps.

Lire l’article


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.