Citations

Comment avoir une idée: Le dingue et l’événement

Extrait de la conférence de Quentin Meillassoux – La décision et l’indécidable dans l’Etre et l’événement I et II,  24 novembre 2006,  ENS

La description en particulier des méthodes de travail de Mack Sennett, pionnier on le sait du burlesque américain, en passe très précisément par l’ensemble des catégories badiousiennes de la vérité […]

Le site [événementiel] on va l’identifier à ces réunions de travail de gagmen en vue de décider généralement dans l’improvisation la plus totale les trames de films à tourner pour le lendemain, voir pour le jour même. Comment se passaient ces réunions et comment donnaient-elles lieu à des idées nouvelles? Je cite Agee [Agee, James, « Comedy’s Greatest Era, » in Life (New York), 5 September 1949] :

“Sennett payait un dingue pour participer à ces conférences de gag, un dingue dont le seul travail consistait à cogiter des dingueries. D’habitude c’était un demeuré, presque incapable de s’exprimer pour communiquer ses idées. Mais il possédait une imagination dénuée de toute inhibition, il restait parfois sans rien dire, pendant une heure, puis il marmonnait: “Faut prendre”. Les autres participants, des êtres relativement rationnels, la bouclaient alors, et attendaient la suite. “Faut prendre ce nuage”, articulait-il en dessinant des formes vagues devant lui. Souvent, il n’allait pas plus loin. Mais grâce à quelques processus télépathiques, des hommes moins cinglés que le dingue de service, se penchaient sur cette idée de nuage et en tiraient quelque chose.”

Ce dingue semble avoir fonctionné comme le subconscient du groupe, la source de toute son énergie créatrice. Ce qui est fascinant dans cette description c’est qu’elle nous donne à voir un art en train de naître à lui-même, le cinéma, en tant que sa vérité est partie liée avec les temps modernes, jusqu’au film éponyme de Chaplin, et certainement né à lui-même quand il s’est séparé du théatre, s’est voulu l’art même de l’industrialisation effrénée du XXè siècle, art de la vitesse, de la poursuite, de la catastrophe, dont Agee nous montre qu’il a eu pour condition non seulement le travail collectif, essentiellement collectif, de gagmen talentueux. Mais au sein de ce site événementiel, qu’il avait aussi pour condition la présence au milieu d’eux d’une sorte de point de fuite indéterminé, le bafouillement d’un dingue dessinant un semblant de nuage informe face à une assistance médusée se demandant s’il y avait là quelque chose de génial – à quoi il fallait à toute force être fidèle – ou un simple borborygme, bafouillé par un imbécile, et illustré par un gribouillage incertain. Ce sont là évidemment toutes les caractéristiques de l’évènement indécidable. Et il n’est pas jusqu’à l’anonymat de l’événement, son caractère sans nom, impossible à inscrire dans les classifications du savoir, qui n’ait été vérifié par Sennett. Puisqu’Agee écrit du dingue en question, notre dingue événementiel,

“ses idées étaient si saugrenues et informes que Sennett ne se rappelle plus aucun de ses collaborateurs, ni même ce que devenaient leurs trouvailles après leur élaboration rationnelle”.

Superbe exemple d’autoabolition de l’événement, une fois sa fulgurance produite, qui à l’exemple du poème mallarméen A la nuit accablante nous place dans l’incertitude quant à savoir si l’événement à seulement eu lieu. Si le dingue avait un nom, avait dit quelque chose, avait seulement existé. Alors à quoi pouvait ressembler les idées produites par les fidélités de gagmen semi-profesionnels au dessin informe d’un tel anonyme imbécile et splendide? A une vérité bien sûr, mais qu’est-ce qu’une vérité – pour Badiou? Un multiple générique. C’est à dire un multiple qui a pour caractéristique d’être fait d’un peu de tout, et cela selon des connexions aberrantes pour les savoirs constitués.

Project Cyborg

« Probably the most famous piece of research undertaken by Warwick (and the origin of the nickname, « Captain Cyborg », given to him by The Register) is the set of experiments known as Project Cyborg, in which he had an array implanted into his arm, with the aim of « becoming a cyborg« .

The first stage of this research, which began on 24 August 1998, involved a simple RFID transmitter being implanted beneath Warwick’s skin, which was used to control doors, lights, heaters, and other computer-controlled devices based on his proximity. The main purpose of this experiment was said to be to test the limits of what the body would accept, and how easy it would be to receive a meaningful signal from the chip.

The second stage involved a more complex neural interface which was designed and built especially for the experiment by Dr. Mark Gasson and his team at the University of Reading. This device consisted of a BrainGate electrode array, connected to an external « gauntlet » that housed supporting electronics. It was implanted on 14 March 2002, in the Radcliffe Infirmary and was interfaced directly into Warwick’s nervous system. The electrode array inserted contained 100 electrodes, of which 25 could be accessed at any one time, whereas the median nerve which it monitored carries many times that number of signals. The experiment proved successful, and the signal produced was detailed enough that a robot arm developed by Warwick’s colleague, Dr Peter Kyberd, was able to mimic the actions of Warwick’s own arm.

By means of the implant, Warwick’s nervous system was connected onto the internet in Columbia University, New York. From there he was able to control the robot arm in the University of Reading and to obtain feedback from sensors in the finger tips. He also successfully connected ultrasonic sensors on a baseball cap and experienced a form of extra sensory input.

A highly publicised extension to the experiment, in which a simpler array was implanted into the arm of Warwick’s wife—with the ultimate aim of one day creating a form of telepathy or empathy using the Internet to communicate the signal from afar—was also successful in-so-far as it resulted in the first direct and purely electronic communication between the nervous systems of two humans.[46] Finally, the effect of the implant on Warwick’s hand function was measured using the University of Southampton Hand Assessment Procedure (SHAP).[47] It was feared that directly interfacing with the nervous system might cause some form of damage or interference, but no measurable effect nor rejection was found. Indeed, nerve tissue was seen to grow around the electrode array, enclosing the sensor. »

Quoted from Wikipedia:

Poem: All Watched Over By Machines Of Loving Grace

Poem by Richard Brautigan

 

I like to think (and
the sooner the better!)
of a cybernetic meadow
where mammals and computers
live together in mutually
programming harmony
like pure water
touching clear sky.

I like to think
(right now, please!)
of a cybernetic forest
filled with pines and electronics
where deer stroll peacefully
past computers
as if they were flowers
with spinning blossoms.

I like to think
(it has to be!)
of a cybernetic ecology
where we are free of our labors
and joined back to nature,
returned to our mammal
brothers and sisters,
and all watched over
by machines of loving grace.