Archives par mot-clé : Idiot

Comment avoir une idée: Le dingue et l’événement

Extrait de la conférence de Quentin Meillassoux – La décision et l’indécidable dans l’Etre et l’événement I et II,  24 novembre 2006,  ENS

La description en particulier des méthodes de travail de Mack Sennett, pionnier on le sait du burlesque américain, en passe très précisément par l’ensemble des catégories badiousiennes de la vérité […]

Le site [événementiel] on va l’identifier à ces réunions de travail de gagmen en vue de décider généralement dans l’improvisation la plus totale les trames de films à tourner pour le lendemain, voir pour le jour même. Comment se passaient ces réunions et comment donnaient-elles lieu à des idées nouvelles? Je cite Agee [Agee, James, « Comedy’s Greatest Era, » in Life (New York), 5 September 1949] :

“Sennett payait un dingue pour participer à ces conférences de gag, un dingue dont le seul travail consistait à cogiter des dingueries. D’habitude c’était un demeuré, presque incapable de s’exprimer pour communiquer ses idées. Mais il possédait une imagination dénuée de toute inhibition, il restait parfois sans rien dire, pendant une heure, puis il marmonnait: “Faut prendre”. Les autres participants, des êtres relativement rationnels, la bouclaient alors, et attendaient la suite. “Faut prendre ce nuage”, articulait-il en dessinant des formes vagues devant lui. Souvent, il n’allait pas plus loin. Mais grâce à quelques processus télépathiques, des hommes moins cinglés que le dingue de service, se penchaient sur cette idée de nuage et en tiraient quelque chose.”

Ce dingue semble avoir fonctionné comme le subconscient du groupe, la source de toute son énergie créatrice. Ce qui est fascinant dans cette description c’est qu’elle nous donne à voir un art en train de naître à lui-même, le cinéma, en tant que sa vérité est partie liée avec les temps modernes, jusqu’au film éponyme de Chaplin, et certainement né à lui-même quand il s’est séparé du théatre, s’est voulu l’art même de l’industrialisation effrénée du XXè siècle, art de la vitesse, de la poursuite, de la catastrophe, dont Agee nous montre qu’il a eu pour condition non seulement le travail collectif, essentiellement collectif, de gagmen talentueux. Mais au sein de ce site événementiel, qu’il avait aussi pour condition la présence au milieu d’eux d’une sorte de point de fuite indéterminé, le bafouillement d’un dingue dessinant un semblant de nuage informe face à une assistance médusée se demandant s’il y avait là quelque chose de génial – à quoi il fallait à toute force être fidèle – ou un simple borborygme, bafouillé par un imbécile, et illustré par un gribouillage incertain. Ce sont là évidemment toutes les caractéristiques de l’évènement indécidable. Et il n’est pas jusqu’à l’anonymat de l’événement, son caractère sans nom, impossible à inscrire dans les classifications du savoir, qui n’ait été vérifié par Sennett. Puisqu’Agee écrit du dingue en question, notre dingue événementiel,

“ses idées étaient si saugrenues et informes que Sennett ne se rappelle plus aucun de ses collaborateurs, ni même ce que devenaient leurs trouvailles après leur élaboration rationnelle”.

Superbe exemple d’autoabolition de l’événement, une fois sa fulgurance produite, qui à l’exemple du poème mallarméen A la nuit accablante nous place dans l’incertitude quant à savoir si l’événement à seulement eu lieu. Si le dingue avait un nom, avait dit quelque chose, avait seulement existé. Alors à quoi pouvait ressembler les idées produites par les fidélités de gagmen semi-profesionnels au dessin informe d’un tel anonyme imbécile et splendide? A une vérité bien sûr, mais qu’est-ce qu’une vérité – pour Badiou? Un multiple générique. C’est à dire un multiple qui a pour caractéristique d’être fait d’un peu de tout, et cela selon des connexions aberrantes pour les savoirs constitués.